Où je suis !

Tournée des amis et prise d'air pur terminé, faut bosser maintenant et créer un site internet pour mes bijoux :)

jeudi 17 novembre 2011

Premiers Pas en Asie : la Corée du Sud - Séoul


Mon parcours transsibérien s’est terminé le 12 octobre à Vladivostok… il y a un mois déjà !
Je ne suis restée qu’une nuit dans ce port dynamique pourvoyeur d’un imaginaire exotique pour l’européenne que je suis. Or d’exotique il n’a que le nom et lorsque l’on flâne dans ses rues (quasi toutes en travaux) l’on se croirait plus en Europe qu’en Asie !

Oulan Oude traversée quelques jours auparavant avait pour le coup clairement un parfum d’ailleurs, de steppe, d’asie, la majorité de sa population étant bouriate (ethnie mongole implantée en Sibérie).
De Vladivostok j’avais décidé de prendre un ferry et de rejoindre par ce moyen la Corée du Sud.

Le 12 octobre c’est le cœur gros que je quittais la Russie et Vladivostok à bord de l’Eastern Dream. Dès les premières minutes je sympathisais avec une bande de joyeux lurons qui égaya joliment ces 24 heures de traversée. Deux d’entre eux allaient par la suite accompagner mes premiers pas en Asie : Wolf l’allemand lunaire et Stew le jovial americain.

L'Eastern Dream, premier ferry du voyage

Wolf d'Allemagne et Ian du Canada

invitée à un petit concert privé sur le Ferry, c'est parti pour la ronde des toast à la mode Russe; là c'est le tour de Stew !

Nous avons débarqué sur la côte nord-est de Corée, à Dong-Dae, et avons pris un bus pour rejoindre Séoul installés dans des sièges  ultra confortables. Premier « wahou » d’une liste d’étonnements qui ne cessera de s’allonger à mesure de ma découverte de ce pays. Le deuxième vint très rapidement lorsque nous traversâmes un paysage composé de jolies collines toutes de vert vêtues qui s’étendaient à perte de vue… on n’imagine pas ce pays comme ça !
vue du ciel... lors de mon premier départ de Corée pour aller au Japon

Lorsque l’on arrive en Corée il faut vite se faire une raison et accepter de ne plus rien comprendre (ou pas grand-chose !!) Les lettres ne sont plus, places au Hangeul  : 한글  un alphabet bien différent du notre.  Réputé comme étant un des plus scientifique au monde, ce système a été inventée au 15ème siècle afin d’améliorer l’alphabétisation du peuple (qui pénait avec l’alphabet chinois ;) et son emploi a été généralisé après la fin de la seconde guerre mondiale dans les deux Corées leur permettant ainsi d’atteindre très rapidement des taux d’alphabétisation parmi les plus élevés du monde à cette époque !


Lorsqu’avec mes comparses nous sommes arrivés à Séoul, j’eu l’agréable surprise de constater que la plupart des indications étaient traduites en anglais. Du coup, se repérer et se diriger est assez facile. Les coréens ne parlent pas beaucoup anglais (voir pas du tout pour la plupart d’entre eux) mais immédiatement l’on percute leur gentillesse et l’on comprend que même paumé il y aura toujours quelqu’un! Et effectivement je ferai plusieurs fois l’expérience de leur amabilité légendaire. A chaque fois que j’ai sorti un plan ou que je suis restée plusieurs minutes à la même place le nez en l’air pour tenter de trouver des indications ça n’a pas loupé : je me suis retrouvée accompagnée par de parfaits inconnus jusqu’à l’endroit recherché ! Allez trouver pareilles attitudes dans un autres pays aussi développé que la Corée ! Si vous en connaissez j’suis preneuse !

Le métro de Séoul est, comme les bus intercity, ultra-moderne et il est équipé d’écrans vidéo sur presque toutes les lignes. La programmation alterne invariablement entre publicités stridentes et  indications des prochains arrêts dans l’indifférence générale, les passagers étant soit endormis soit hypnotisés par leur écran de téléphone…  Espérons que ce n’est pas ce qui nous attend parce que c’est pas génial l'ambiance !

ici aussi c'est la mode "disco" chez les cabines téléphoniques !

dans le métro c'est face à face... doit y 'avoir qu'à Paris où l'organisation est plus compliquée !
Arriver dans un nouveau pays sans le sou (en circulation) et penser qu’on va trouver aisément des bureaux de change comme cela était le cas dans le pays traversé précédemment, c’est être un peu naïve! Depuis ce jour, j’échange systématiquement quelques coupures de monnaie locale avant d’arriver dans une nouvelle contrée… une des nombreuses habitudes de voyageurs qu’on acquiert au fur et à mesure des expériences ! 

Wolf m’ayant avancé l’argent du bus, nous partîmes à la recherche d’un bureau de change dès notre arrivée à Séoul, ce qui ne fut pas chose aisée ! Après de nombreuses tentatives avortées nous échouâmes au Mariott hôtel tels des lions de mer au milieu d’une surprise party de pingouins (métaphore osée je vous l’accorde mais parlante nan ?!). Cet autre monde nous accueilli chaleureusement et lorsque la vague de pingouins d’Arabie Saoudite reparti vers le large, je pus enfin changer les quelques euros encore en ma possession et rembourser mon nouveau compagnon de route. 

Après un passage par la case restaurant, je quittai mes deux routards afin de retrouver Daeki, la Coréenne rencontrée à Saint-Petersbourg qui m’avait cordialement invité à venir loger chez elle lors de mon passage à Séoul. Je fus ravie de la retrouver et m’installa très vite dans le cocon qu’elle m’avait fait à deux pas du centre-ville, entourée de vapeurs d’attentions, de miaulements étonnés de son chat Napi et de regards timides mais chaleureux de sa sœur ainée.

Après s’être raconté nos dernières aventures de voyageuses, nous partîmes dès le lendemain sillonner la ville en commençant par le quartier de Dongdaemun et ses marchés traditionnels. Dès ces premiers moments, j’ai ressenti que je plongeai dans un tout autre monde, bien loin de mes repères d’européenne.




Mmmm les bons morceaux et abats de poissons assaisonnés au piment ;))

La star du marché ! Daeki m'a dit qu'il venait jouer ici tous les jours, juste pour le plaisir ! Goûter aux premiers plats coréens sur du Miles Davis... j'aime la Corée !

Manger sur les petits étals de marché... c'est le meilleur !



Lorsqu’on pose le pied pour la première fois en Asie comme cela a été mon cas en Corée, les mots Ailleurs, Etranger ou Autre trouvent tout leur sens et l’on se met rapidement à la recherche de nouveaux repères « made in Asia » histoire d’y comprendre quelque chose et de pouvoir naviguer dans ces nouvelles eaux.
C’est par hasard que j’ai choisi de commencer par la Corée du Sud, conseillée par mon ami de Tokyo qui trouvait intéressant d’y faire escale avant de rejoindre le Japon. Il m’avait alors dit « c’est sur ta route et ça serait pas mal d’y passer car ça n’a rien à voir avec le Japon ou la Chine ». 

Vue d’Europe ça n’a pas l’air si différent si on n’a pas potassé un peu la question. De plus la confusion est fréquente entre « Corée du Nord » et « Corée du Sud » ce qui nuit considérablement à l’essor touristique de l’entité du Sud qui poursuit pourtant son chemin remarquablement, passant en quelques décennies  d’un pays du tiers monde à la 15ème position mondiale en matière de PIB et d’IDH ! Comment z’ont réalisé cet exploit ? Pour ceux qui veulent approfondir la découverte de ce pays peu connu c’est par là : wikiki Corée

Pour les quelques touristes qui s’y aventure c’est une aubaine ! Ils découvrent un pays vallonné, soucieux de préserver ses espaces naturels, une population authentique (pas encore pervertie par l’industrie du tourisme) ainsi que des équipements et infrastructures dignes d’essais de science-fiction. Un mélange peu courant et très appréciable.

Lorsque je suis arrivée une semaine m’avait semblé presque de trop pour Seoul, et c’est finalement 9 jours que je suis restée ! Plus que les visites ce sont les sorties qui ont rythmés mon séjour : grandes bouffes, restaurants, bars, concerts accompagnés des deux acolytes du ferry Stew et Wolf. Nous formions une sacrée bande ! Illustrations :

The Famous Band avec de gauche à droite Stew, Daeki, Wolf et moi !

La terrasse d'été (en Automne) du Seoul Art Center et sa fontaine musicale enchanteresse

Petite séance photo souvenir avant d'entrer dans la salle de concert pour 2h d'un super concert de violoncelles





Les Coréennes sont gentilles... sauf quand elles rencontrent un énergumène taquin !!! ET moi qui croyait que la Corée était safe !

La nourriture coréenne étant très épicée je n’ai malheureusement pas pu l’apprécier à sa juste valeur. Le barbecue coréen et les dumplings ont été mes favoris. Daeki nous escortant systématiquement, nous pûmes aisément commander et goûter à de nombreuses spécialités coréennes dont la plus connue est le Kimchi : chou fermenté (la plupart du temps du chou chinois) et assaisonné avec du piment rouge ! Mais quel idée ont eu les japonais de ramener ce condiments dans leur bagage au XVIème siècle ici en Corée ;) Pour mes amis gourmands et les curieux, voici de quoi régaler vos yeux !!

Sorte de Tortilla de pomme de terre, trop bon!

Le début des soupes de nouilles... nouveau pour moi !

Saucisse et Patate autour : tres bon, beau... mais trop calorique !

Mon Boeuf Bourguignon made in Corée... délicieux !

Une soupe traditionnelle de Kimchi faite par Daeki... en tapenade c'est pas mal aussi !

un des en-cas préféré des Coréens, des grosses larves d'insectes... j'ai voulu essayer mais je n'ai pas pu... eurk!


Sortes de Sticks frits d'omelette au tofu que l'on trouve partout... En Corée on peut manger tout les 2 mètres, c'est pas bon du tout pour moi ça...

Le barbecue coréen.... un pur régal


les dumplings coréens, une tuerie aussi !

Séoul avec ses 10 millions d’habitants (intra muros) ne s’appréhende pas en un jour ! C'est la quatrième mégalopole la plus peuplée au monde après Tōkyō, New York et Mexico. Plus de 3 millions de véhicules y sont référencé aussi c'est plutôt le règne de la voiture et on attend parfois de longues minutes le "bonhomme vert" pour traverser. 
Le centre de la ville est un énorme marché qui s’étale sur des kilomètres où l’on se perd facilement tant les entrelacs de rues, de stands, de galeries sont nombreux.

un des quelques buldings de Séoul... contrairement à ce qu'on imagine ils ne sont pas si hauts ici ni si nombreux!

une rue commerçante... consommation quand tu nous tiens

l'Asie et ses publicités, mes yeux d'occidentale commencent à s'y habituer maintenant !



l'autre fameux marché de Seoul (pas mon préféré) : Namdemun

on dit que les murs ont des oreilles, d'autres ont des yeux !



Agréable canal qui traverse la ville



Dans cette mégalopole moderne en pleine expansion, des temples subsistent au milieu des immeubles. Le palais de Gyeongbokgung est un véritable havre de paix en plein centre de Séoul et son musée du folklore traditionnel nous plonge dans les traditions de la culture coréenne. Des traditions qui subsistent de façon importante au sein des familles, particulièrement autour des mariages, deuils, relation inter-générationnelles... 
La société est encore fortement imprégnée de toute cette culture et grâce à Daeki j'ai pu plonger au cœur même de celle-ci. Aussi dans mon prochain post j'essaierai de vous embarquer dans les méandres sociétales de cette Corée du Sud si intéressante et si méconnue ! En attendant je vous laisse en compagnie des dernières photos de Séoul pour continuer la balade... Je vous embrasse

Palais Gyeongbokgung

Des centaines de sculptures très expressives bordent le Palais et ses allées... on le croirait encore habité





Ici plus de stress... il s'évapore comme par enchantement...

l'art de l'agencement... on ne sait pas faire aussi bien en Europe!

En cherchant les maisons traditionnelles restaurées de Séoul nous sommes tombés sur un mariage traditionnel. Ici un occidental avait endossé le costume pour l'occasion et sa future épouse était épaulée (c'est le cas de le dire !) par les deux maitresses de cérémonie histoire de continuer à garder les bras levés jusqu'à la fin comme le veut la coutume et ce même avec un costume de 3 kilos sur le dos !



Une des maisons traditionnelles restaurées du "musée", ici pas de lit mais des futons posés sur des tatamis, comme au Japon

un jeu "à l'ancienne" mis à disposition pour le plaisir des petits et des grands   


Un couple (surement tout neuf !) venu faire une séance de photo devant ces maisons, portant le costume typique coréen

Photo pour Gégé, le fan des cerfs volants de la Rue de la Villette


Séoul by Night et son centre névralgique : les magasins de vêtements et le grand centre commercial du quartier de Dangdemun. Ils sont ouverts jours et nuits pour permettre aux commerçants du monde entier de se réapprovisionner !





Pour ma dernière journée, Daeki a accepté de m'accompagner faire une petite marche dans les sublimes montagnes qui entourent Séoul. Deux bus et 30 minutes plus tard, nous y sommes ! Trop facile d'aller randonner quand on habite Séoul. Ici l'Automne commence tout juste ce qui rend la balade encore plus magnifique !

Pause sur la muraille qui a été sauvegardée et qui parcourt une partie des hauteurs de la ville






Et pour finir, course dans les étals du très impressionnant marché aux fleurs ouvert toute la nuit lui aussi. Malgré la résistance de notre amie, nous avons réussi à acheter de quoi lui faire un joli bouquet avant que Wolf ne monte dans son bus et ne reprenne sa route !