Où je suis !

Tournée des amis et prise d'air pur terminé, faut bosser maintenant et créer un site internet pour mes bijoux :)

lundi 26 décembre 2011

Noël version malaisienne ! MERRY CHRISTMAS from Kuala Lumpur

Sur Passmontour, je suis au Japon mais dans la vraie vie je suis en Malaisie ! (enfin en Thailande même au moment où j'écris ces lignes!)

Noël est passé, la nouvelle année arrive alors pour l'occaz ce pti post juste pour vous souhaiter à tous de jolies fêtes de fin d'année. Évidemment je pense encore plus à vous et j'avoue que de ne pas être à Paris en cette période, bah ça fait quelque chose...
Pour cette fois et de façon tout à fait exceptionnelle, le message est collectif ! Je déteste ça (certains le savent) mais là ca va être dur de faire autrement :)

Moi cette année c'était Noël à Kuala Lumpur avec Dauro (mon ami du brésil) et Charlotte (de l'auberge de jeunesse !)... et avec tout ces fadas de malaisiens qui savent encore mieux que nous s'amuser pour l'occasion!

La Malaisie c'était top, tout comme Taiwan... la Chine, trés intéressant mais dur... et l'arrivée en Thaïlande (à Phuket) c'est pas ça... beaucoup trop de monde, l'impression d'être revenu en France tant les touristes sont partout, le tourisme sexuel absolument partout... Bref l'enfer au "Paradis" ! Bientot cap sur... un ailleurs plus authentique, j'espère que ça existe encore dans ce coin du monde ! Si vous avez des idées, n'hesitez pas ;)
A trés bientôt pour la suite du reportage photo sur Kyoto and Co ;)

la photo typique de Kuala Lumpur... avec les Twin Towers Petronnas

premières neiges en Asie du Sud est ;)

complétement ouf !

Véritable Battle... mais dans la bonne humeur et sans débordements. Le fait que l'alcool soit interdit y est surement pour quelque chose !

Ce soir là, nous étions "Noël"... on ne m'a jamais autant souhaité "merry christmas" ! Ni aspergé autant avec des bombesà neige

Dauro, mon ami bresilien venu pour les fêtes de fin d'année dans le même coin que moi !

fin de soirée dans un bar ultra chic de la capitale et plongeon dans cette jolie piscine... au 33ème étage !

lundi 19 décembre 2011

Le Miracle Japonais - Tokyo


D’avance mille excuses chers amis, lecteurs ou passants… Ce post et celui qui va suivre concernant mon incursion japonaise vont déborder de superlatifs et d’emphases car je ne saurai décrire ce pays autrement !

« Tu verras, la Corée et le Japon sont des pays très différents ». Ces mots de mon ami Antoine ont accompagnés chacun de mes premiers pas dans ce pays qui n’est effectivement comparable à AUCUN autre. Allez trouver un autre endroit où les employés de la compagnie de bus disent respectueusement « au revoir » à l’engin roulant, en s’inclinant légèrement regard baissé attendant que l’animal se mette en marche. C’est tout de suite que l’efficacité, la propreté et l’ultra politesse japonaise vous percute, dès l’arrivée à l’aéroport. 

Pour la petite française que je suis c’était de la science-fiction, ça ne pouvait être vrai. J’ai donc commencé ma découverte de ce monde suspicieuse… C’était trop parfait, aussi je cherchais le détail qui cloche, le passant pas sympa, le papier négligemment jeté par terre, j’écoutai chaque rare conversation dans le métro en espérant que le ton monterait… mais nan, rien ! Je me suis vite épuisée à ce petit jeu, et ai rendu les armes au bout de 4 jours. Je n’avais plus qu’à croire à tout ça et à profiter de ce périple pour tenter de percer le secret de ce peuple incroyable !

Lorsque j’ai quitté la France, le Japon ne faisait pas partie de mon itinéraire. Pourquoi ? Bêtement en fait… juste parce que je ne savais pas ce qu’il en était de la situation après le tsunami, que je n’avais plus trop de nouvelle de mon ami habitant Tokyo, et parce que c’est le bout du bout de l’orient et qu’initialement je n’avais pas prévu de pousser aussi à l’est ! Mais les deux arguments avancés par Antoine m’ont rapidement convaincu : « on ne peut se targuer d’avoir fait un tour d’Asie sans être venu visiter le Japon, et puis être si prés et ne pas venir nous voir ce serait impardonnable ! ». Il avait raison, alors j’ai troqué la Mongolie contre le package « Corée/ Japon ». Et puis la Mongolie au début de l’hiver c’était un peu osé pour une frileuse comme moi !

De l’aéroport j’avais deux choix : prendre le métro et suivre les 20 lignes d’indications obscures qu’Antoine m’avait envoyé par mail, ou payer 6 euros de plus et prendre un bus qui me déposait à 4 stations de la destination finale. J’ai fait au plus simple et suis donc arrivée en soirée chez mes hôtes, après avoir gouté aux joies des embouteillages japonais ! Ils en ont des pas mal eux aussi !

Meguro, quartier de mes hôtes


S’en suivit une exquise plongée dans les profondeurs de la cuisine japonaise… Makiko et Antoine m’amenèrent dans un resto de sushi non loin de chez eux, et là je reçu mon deuxième upercut japonais !
Jamais je crois mes papilles n’avaient été si délicatement et subtilement excitées. « Tu veux quoi comme sushis ? », « Comme vous » ai-je répondu, n’osant leur avouer que les sushis au saumon étaient les seuls qu’il m’était possible de manger en France ! Bien m’en a pris car grâce à cette timidité toute relative j’ai découvert un nouveau monde gustatif où les lettres ne suffisent plus à décrire l’envoutement des sens. Comment peut-on utiliser les mêmes mots en France pour nommer des choses si différentes ? C’était la première fois de ma vie que je mangeais des SUSHIS, les pales copies essayées ces années durant ne pouvaient utiliser le même nom. Au trou monsieur maki, sashimi et sushi européens… bande d’usurpateurs ! 

Envoutée par l’agilité du maitre sushi, ce qu’il me présentait à savourer, l’atmosphère du lieu, et par ces retrouvailles gourmandes, je n’ai pensé à sortir l’appareil photo, aussi vous n’aurez que mes mots à vous mettre sous la dent ! Si cela ne vous suffit pas (ce que je peux imaginer après une telle description !) je crois bien qu’il vous faudra économiser et venir essayer cette subtile cuisine japonaise, qui n’a absolument rien à envier à notre cuisine française !!! Parole de gourmet ;)

Antoine et la maison ! Juste parfaite, super agréable à vivre, bravo !

A défaut de Sushi, voici Antoine devant un bol de Ramen (sorte de soupe avec des pates, oeufs et de la viande)
 
Royalement installée dans la chambre d’amis d’Antoine et Makiko, je pu partir les jours suivants à la découverte de cette mégalopole. A peine arrivée, je retrouvai Wolf qui était là depuis une semaine avec un ami à lui (Fabrice le breton, le monde est petit quand même !). Après un long trajet en métro et train nous sommes arrivés au pied de la montagne Takao qu’il nous a été aisé de grimper ! 

les deux compères bien adaptés aux règles en vigueur dans le métro Tokyoïte ! Les trajets sont tellement long que l'on s'endort quasiment à chaque fois

pour monter, on a fait nos feignasses !

Un temple richement décoré pour le Japon... et Wolf

Sorte de Saint protecteur de tous les temples situés en Montagne (désolé mais je ne connais pas son nom... il ne s'est pas présenté !)

Coucher de soleil avec le mont Fuji en toile de fond (sisi, regardez bien sur la gauche tout au fond !)
 
Tokyo comprend 23arrondissements ou quartiers. Certains sont plus riches que d’autres et mes premiers jours dans cette vibrante capitale ont été consacré à la découverte  de ses quartiers commerçants : le fou Shinjuku, le trop commercial Shibuya, les alentours du palais impérial où vit encore l’empereur du Japon occupant ainsi 3,41 km2 qu’il est impossible de traverser, et le chic Ginza. Les quartiers où se pressent les plus fortunés de la ville en quête d’achats toujours plus luxueux ne m’ont, comme peuvent deviner ceux qui me connaissent, pas laissé le souvenir le plus mémorable. Mais j’ai au détour d’un de ces centres commerciaux mangés de succulents tempuras avec Antoine et Makiko et même trouvé un camembert (made in Hokkaido, l’île la plus au nord du Japon). Autant vous dire que le soir même on n’en a fait qu’une bouchée; d’autant que grâce à Makiko (ancienne négociante en vin) c’est accompagné d’un savoureux vin français que nous avons fait honneur à ce très bon camembert japonais ! 

Rue principale de Ginza où l'on retrouve toutes les plus grandes marques de la planète ! Bon il faut avouer que les sociétés françaises spécialisées dans les produits de luxe cartonnent bien en dehors des frontières

parc autour de la cité impériale

Une des entrée de la cité impériale... où l'on ne peut pas entrer !!

Mmmm les tempuras... celles aux racines de lotus sont mes préférées je crois


Dans tous ces quartiers commerçants, je me suis régalée avec les immeubles que je ne me lassais de photographier : des vieux, des jeunes, des rétros, des modernes, archi modernes, des hauts, des gigantesques, des tout de vitre vêtus… Et bien d’autres encore, regardez !


Roppongi Hill


Le charme des premiers bâtiments... Petits carreaux de carrelage, acier, j'imagine bien les années 70

Sans doute la même époque, j'adore !!

je traquais ces témoignages du temps passé où la ville moderne s'est construite


Hotel de Ville de Tokyo d'où on a une vue imprenable sur la ville des deux derniers étages... et tout ça gratis, merci aux lonely planet pour le tuyau !



Tokyo a son "Central Park" le parc Meiji-Jingu... pas mon préféré mais vu d'en haut ça rend pas mal!



Le mot « démesure » trouve toute son expression à Shinjuku lorsqu’on traverse ce quartier en fin d’après-midi et que les enseignes s’illuminent progressivement… c’est unique et vraiment impressionnant. 






entrée de sex-shop à la japonaise... j'ai pas descendu l'escalier, j'peux pas témoigner... désolé !

juste totalement ouf

les fameuses salles de Patchinko
 
Des salles de jeux comme celle-ci  ont été égrenées dans toute la ville mais leur concentration est particulièrement importante dans ce quartier ce qui donne à son atmosphère déjà chargée une touche de délire… Imaginez des machines à sous par centaines, alignées, émettant en permanence des chansons électroniques, bruits stridents, un halo de fumée planant au-dessus des têtes, des billes métalliques qui dégringolent inlassablement. Dans ces salles les gens ne se parlent pas, ils sont hypnotisés par un jeu qui n’en est pas un, qui ne requiert comme stratégie que celle de « bien » choisir » la machine car ensuite il ne s’agit que d’introduire des billes l’une après l’autre, en espérant qu’une fois arrivées en bas du labyrinthe de clous celle-ci poussera suffisamment ses copines échouées. Dans les guides de voyage ils comparent souvent cela au flipper, aussi je m’étais dit que je tenterai l’expérience mais devant le concept et le bruit j’ai abandonné l’idée ! Moi qui cherchait le détail qui cloche, celui-là est pas mal et est ultra visible! 

Ce délire rythme toute visite tokyoïte car au détour d’une rue on se retrouve souvent agressé par une ouverture de porte de Patchinko qui laisse échapper pendant quelques secondes fracas métalliques et électroniques… très fréquents mais toujours surprenants.


Et le plus drôle c’est que les jeux d’argent sont interdits au Japon!! Il semble que les Yakuzas (mafia japonaise qui serait à la tête de cet empire) aient trouvé le moyen de contourner cette loi car même si la procédure d’échange des billes contre de l’argent est quelque peu complexifiée, au final c’est avec du papier que les joueurs repartent !

Le Patchinko semble donc bien être la « drogue » du japon, celle qui est acceptée voire encouragée par le gouvernement pour préserver la paix sociale. Vous savez c’est comme les stupides programmes télé, l’alcool, l’ultra consommation… tout ce qui est censé nous aider à accepter la vie comme elle est et à surtout arrêter de penser. Au japon aujourd’hui ce qui aide une partie de la population à oublier qu’ils passent toute leur vie au travail c’est tout ça + le Patchinko (et sans doute d’autres choses que je n’ai pas eu le temps de découvrir !). Ma fois, c’est déjà mieux que l’opium…

Un "salaryman" en début de soirée dans les rues de Shinjuku
 
Lorsque la nuit tombe sur Tokyo des milliers de salarymen quittent leur bureau et se dirigent en groupe vers les bars jamais bien loin des offices. Certains optent pour ces petites salles de Karaoké ouvertes 24/24h, sortes de mini salles de projection que des groupes d’amis ou de collègues louent pour quelques heures. D’autres leur préfèrent des bars de strip-tease, ou des bars classiques. C’est une bien étrange vision que tous ces salarymen qui, après 22h, tentent de rejoindre bouches de métro et domiciles en chancelant et parlant fort… dans ce pays si calme. Ceci n’explique pas cela mais il est intéressant de savoir qu’au Japon les employés font souvent beaucoup plus d’heures que prévu dans leur contrat, qu’il est souvent mal vu de refuser de se joindre au groupe de biture d’après le boulot et qu’enfin ils n’ont que maximum deux semaines de congés payés (sachant que là aussi, ceux qui ne les prennent pas sont mieux vu, et qu’il est interdit de partir plus d’une semaine de son poste !!). Pensez à ça la prochaine fois que vous verrez un groupe de japonais parcourant Paris à toute vitesse ;)) Tu m’étonnes qu’ils font tout au pas de course quand ils visitent l’Europe !

Les salaires sont quant à eux bons… j’ai l’impression un poil plus élevés qu’en France mais enfin y’a plutôt intérêt parce que pour le coup Tokyo est plus chère que Paris ! Petit exemple : le pass à la journée sur la totalité des lignes du métro vaut 14 euros. Par contre, contrairement à la capitale française, ici on peut trouver de quoi bien se restaurer pour 3 euros.

Et moi j’ai eu vite fait de trouver ma cantoche à 3 euros. La plupart des anciennes petites ruelles un peu glauques de Tokyo ont disparues, sauf une !! Et c’est là que j’ai trouvé les meilleurs « Soba » de la ville (j’en rêve encore de cette soupe de pâtes brunes). Un jour où je me baladais j’ai senti une bonne odeur et ai vu cette file d’attente… alors j’ai rejoint le groupe et ai montré le bol de mon voisin lorsque je me suis assise ! Après, pour réussir à manger aussi vite que les japonais habitués à déjeuner « sur le pouce » ou debout, il faut juste beaucoup d’auto persuasion, du genre « non ce n’est pas brulant, c’est juste chaud ! ». N’ayant pas encore atteint le niveau de méditation d’un moine bouddhiste ou d’un fakir,  je versai discrètement un peu de mon verre d’eau dans cette soupe brulante histoire de ne pas rester plus de 5 minutes !



Soba... extra bon !





 
A Hakone et autour de son lac, nous avons fait les touristes avec Antoine et Makiko… 

La journée n’était pas des plus ensoleillée, mais nous en avons quand même bien profité. Au programme : visite du musée d’art moderne en plein air, déjeuner au milieu des sources chaudes où les œufs ressortent des bains tout noirs (à cause du souffre) ! 



Quelle ne fut pas ma surprise de trouvé une sculpture de mon artiste préférée ici : une nana de Niki de Saint-Phalle... trop bon !

vue du téléphérique

Le mont Fuji d'un peu plus prés !

mon déjeuner !

le bain des oeufs







La forêt commençait à prendre ses jolies couleurs d’automne, pour notre plus grand plaisir. Après avoir pris les téléphériques et avoir traversé le lac sur des bateaux pirates très touristiques, nous avons terminé cette journée des plus épuisantes dans un Onsen. 

Les Onsen sont des sources chaudes japonaises qui font intégralement partie de la culture du pays et que l’on trouve un peu partout sur l’île. L’originalité de ces sources est qu’on y plonge tout nu ! Pas très habituée à cette pratique, j’ai suivi mes amis quelque peu gênée et intriguée. Mais  un voyage au Japon n’est pas complet sans cela alors je me suis laissé convaincre ! La source où nous sommes allés n’était pas mixte (comme la plupart des Onsen au Japon) ainsi j’ai suivi Makiko dans les méandres de ces sources… Première étape, on se déshabille intégralement dans les vestiaires et l’on ne garde avec soi que la toute petite serviette blanche et son savon. Ensuite vient le moment du grand nettoyage… dans une grande salle on s’assoit en face tu mur sur une toute petite chaise en bois que l’on rince préalablement et l’on saisit la pomme de douche qui nous fait face. L’opération consiste à se laver très consciencieusement pour pouvoir ensuite se lover dans les bains bouillants dépourvus de toutes bactéries ! L’ambiance est très détendue, les regards sont bienveillants et respectueux… habitués. Aussi on oublie rapidement notre nudité et on profite ! La coutume veut qu’on se balade entre les différents bassins avec sa serviette sur la tête, et surtout dans les bains car il semblerait que cela aide à éviter les mots de crâne. C’est une bien jolie image qui reste gravée en moi que cette ambiance de bassin avec tous ces visages sereins, ces serviettes blanches avachies sur chacune des têtes, ces halos de vapeurs  s'envolant vers les cieux obscurcis le soleil s’étant déjà fait la malle… vraiment unique.

Détendu le Antoine ! Comme tout le monde après un Onsen... Certains piquaient même un somme sur ces doux tatamis

Moi, pour féter mon premier Onsen j'ai eu un cadeau de Makiko : des chaussettes japonaises... et bin j'adore ! Merci !
 
Je suis resté 8 jours à Tokyo et ai eu le temps ainsi de visiter des quartiers peu connus, voir inconnus des touristes. Je suis tombée sous le charme du quartier de Yanaka (à côté du métro Nippori)… de son ambiance détendue, joyeuse, artistique, verte, douce. Ce coin n’a pas cédé à la folie des buildings et semble vouloir préserver ses vieilles maisons en bois, ses toits en tôles,  ses petites boutiques. Ici on n’est pas très riche mais l’ensemble est harmonieux et les gens affichent une joie de vivre tout en simplicité : jouer dans les parcs, se déplacer en vélo, papoter avec les voisins, s’entraider entre commerçants, prendre le temps de vivre, de gouter, de flâner… ah mais je sais pourquoi ça m’a plu ! En l’écrivant, je réalise que j’en connais un autre quartier comme ça…Allez du côté de la Rue de la Villette métro Jourdain à Paris et vous comprendrez !! Ces lieux sont rares et sont mes favoris… Vous me manquez les voisins ! le facebook des commerçants de la rue, c'est par ici !!

Je visite toujours un cimetière dans les pays que je traverse... voilà à quoi ça ressemble au Japon

Chaque tombe a des planchettes de bois où sont inscrit différents vœux pour l'au delà

Le  joyeux bordel de l'artère commerçante principale de Yanaka

Les rues y sont petites, pas droites et blindées de plantes



des petits magasins

des toles, des vélos et une petite boulangerie (sur la gauche) où j'ai mangé une sorte de brioche au camembert dont je me rappelle encore !

et des artisans... qui bossent, qui bossent !
Avant de partir découvrir Kyoto et ses environs, Makiko m’a accompagné visiter un des temples les plus réputés de Tokyo : le temple Sensoji.  Elle m’a expliquée comment les japonais avaient coutume de procéder : se rincer la bouche d’abord (c’est plus propre et respectueux avant de se présenter devant les Dieux), passer devant l’endroit où brûlent les encens et tenter de s’asperger avec (pas facile hein avec de la fumée d’encens !). Il parait que ça porte chance et les japonais croient beaucoup à la « chance » ! De même il ya une petite boite qu'il faut un peu secouer pour tirer une baguette, qui correspond à un petit tiroir duquel on retire délicatement une prédication... Je me suis prêtée au jeu et c'est la FORTUNE qui m'attend, oui oui !

Allée trés commerçante qui mène au temple

Quartier autour du temple



I WIN ;)



Au Japon tous les temples ont des petites boutiques attenantes où sont vendues des amulettes porte bonheur en tout genre (pour la réussite aux diplômes, en amour, laSensōji santé...). Le « contrat tout risque » revient cher du coup, d’autant que le pouvoir de ces petites pièces de tissus a une date de péremption !! Après il faut les recharger en les ramenant au temple… et bien sûr ça se paye ! Une véritable industrie. Les origines des croyances japonaises sont multiples c’est pourquoi l’on retrouve différentes pratiques dans leur cérémonials : certaines sont héritées du shintoïsme, d’autres du bouddhisme.

 
Nous avons poursuivi notre balade en direction du parc Ueno et avons traversé le quartier de grossistes en matériel pour les restaurants (nombreux !) de Tokyo. Ici, entre autre, on vend des couteaux (pour les sushis, il vaut mieux du sérieux !) ou des plats en résine qui sont ensuite disposés devant le resto pour que les gens aient un petit aperçu (très pratique quand on ne comprend pas le Japonais !).

on dirait un vrai hein ?! mon plat préféré : le sukiyaki

le paradis des cuisto ;)

au détour d'une rue

Parc Ueno et son lac principal... C'est la fin des Lotus !


Nous sommes ensuite allées visiter  le petit mais charmant musée Shitamashi où nous avons été accueilli comme des reines. Une des employées nous a fait une visite guidée de ces anciennes maisons de l’époque d’Edo reconstituées à l’intérieur du musée. 

magasin de jouet, à l'ancienne!

exemple de maisons, de rues de l'ancien Tokyo

Makiko et notre guide sur le tatami de l'unique pièce de la maison où tout le monde dort la nuit venue ! La journée les futons sont roulés et ranger dans les nombreux placards aux portes coulissantes de la pièce

Après la séance photo et de chaleureux remerciements, nous repartons en direction de Nippori histoire d’aller tester le petit salon de thé que Makiko a trouvé sur le net. Après quelques difficultés pour le trouver nous poussons la porte et découvrons un intérieur tout en bois, décoré avec beaucoup de gout, de soin... une petite dame toute douce nous invite à enfiler des chaussons et nous indique une grande et belle table en bois où des napperons en dentelle et des jolies tasses en porcelaine semblent nous attendre ! Sa tarte aux pommes et sa chantilly maison étaient tout simplement divines… ET que dire de sa gentille attention de nous passer Zaz’ en fond sonore lorsqu’elle nous a entendu parler français ! J’avais trouvé une troisième grand-mère. Après tout 3 c’est mieux que 2. Elle voudrait pas m’adopter ? Avec un langage commun et un peu plus de temps, ça l’aurait surement fait…! A défaut je repars avec ces souvenirs gourmands et sa photo !



Dernière photos en vrac de la ville 

métro aux heures de pointes... tout le monde suit les règles du coup tout se passe sans accroche, c'est juste incroyable !

Le "marais" de Tokyo... petites ruelles, petits bars grande ambiance à ce qu'il parait

Le pont de Tokyo :  "Rainbow Bridge"

Mon meilleur boeuf Bourguignon de ce voyage pour l'instant ! Faut dire que Makiko m'avait donné du vin français de 2004 pour cuisiner !! Je peux presque ouvrir un resto moi ;) Promis je vous en fait une grosse marmite en rentrant

un des nombreux jardins de Tokyo... et sa pelouse "moquette" sur laquelle je n'osais marcher avec mes chaussures!

ZEN!

Soupe de Carpes, mmmm !

le quartier déjanté d'Harajuku où se promènent (surtout le dimanche) des jeunes branchés qui osent tout en matière d'habillement ! Y a qu'au japon qu'on peut voir ça !

N'ayant pas pu en photographier voici une image apperçue sur le web :

Il semblerait que ce soit un mouvement vestimentaire en lien avec un groupe de musicque particulier... mais ne m'en demandez pas plus ! D'autres sont encore plus extrêmes, plus "gothiques", ils plus connus... je leur préfère ces lolitas!


A Harajuku on peut tout, tout, tout trouver en matière de fringue

un des nombreux centre de photomaton où les japonaises adorent poser avec leurs stars préférées (digitalement évidement !) ou s'agrandir les yeux, éclaircir leur teint... tout est possible dans ces photomaton ultra modernes !

les fameux passages piétons japonais... Fou ça aussi ! Jamais, jamais quelqu'un ne traverse lorsque le petit bonhomme est rouge!

Scène typique du marché de Poisson de Tokyo... où malgré toute la persévérance de Makiko nous n'avons pu entrer, les touristes (surement devenu trop génants pour ceux qui y bossent) ne peuvent le visiter qu'à partir de 9h, quand tous les professionnels sont déjà venus s'approvisionner

Dernière soirée à Tokyo dans un resto de Yakitori (ces petites brochettes japonaises succulentes !), avec mes chers amis Makiko et Antoine que je remercie ici encore une fois... mon séjour nippon a eu une saveur toute particulière grâce à vous


Après Tokyo, j’vous prépare un petit recap  sur Kyoto et ses alentours, et vous embarque ensuite pour la Chine et Taiwan... puis je ferai une pause en janvier ! Les plages thaïlandaises retiendront toute mon attention !!

Enormes bises à tous, je m’envole de Taiwan pour l’autre partie de mon voyage : l’Asie du Sud Est. Enfin l’été !!!! 

A bientôt et bonnes préparations des fêtes de fin d'années !